Bêtep

Betep

Distribution

Grégoire BARBEDOR / tuba
Régis BUNEL / saxophone baryton
Etienne CABARET / clarinette basse
Antoine PÉRAN / flûte

Ecouter Bêtep

Bêtep en 2016

Hommage à Alexandre SPENGLER.

En 2016, le groupe va créer un répertoire original inspiré des compositions d'Alexandre Spengler.

Alexandre Spengler est né à Fontenay aux Roses, aux environs de Paris le 19 décembre 1913. A l'âge de 15 ans, il fut admis dans la vénérable Schola Cantorum dirigée par le compositeur de renom Vincent d'Indy. Il y apprit la composition et la direction d'orchestre et termina ses études armé d'un diplôme de chef d'orchestre qu'il n'utilisa jamais car il dédia tout son bagage musical à la composition. Au début des années 1930, il rencontra Nadia Boulanger, la légendaire professeure de musique qui l'encouragea à se concentrer sur la composition et le présenta, au cours de ses fameux « salons », à des maîtres tels que Charles Koechlin, Florent Schmidt et Ivan Wychnegradsky qui demeura son ami pour la vie. En 1933, il épousa la future écrivain, peintre et marionnettiste Natacha Prochorow avec laquelle il aura trois fils. Au début des années 1950, Alexandre Spengler mis en chantier une œuvre musicale majeure à tendance notablement mystique, inspirée en partie par l'oeuvre orchestrale de Scriabine. Il commença à cette époque à élaborer la substance musicale qui, plus tard, sera cristallisée dans la Symphonie Liturgique du Dodécalogue, pour 130 exécutants et ensemble choral de 180 participants. En prélude, il composa l'Annonce du Dodécalogue pour jeu de cloches, 4 pianos, percussions métalliques et fanfare. En outre, il écrivit de nombreuses œuvres littéraires dont les plus récentes s'intégraient dans son Dodécalogue formant ainsi l'Oeuvre Totale, le « Gesamkunstwerk ». Au milieu des années 1980, son œuvre et son usage de multiples formes d'expressions artistiques fut célébrée dans l'exposition organisée au Kunstahlle de Zurich par le légendaire curateur Harald Szeeman : « Der Ham zum Gezamkunswerk ». Dans les années 1970/1980, son fils Pierre Spengler, producteur de films, présenta ses œuvres aux nombreux luminaires de musiques de films avec lesquels il collaborait tels que John Williams, Lalo Schiffrin, Jean-Claude Petit et Jocelyn Pook et tous reconnurent l'exceptionnelle originalité de ses compositions. Alexandre Spengler vécut à Paris jusqu'à son décès en avril 1996.

Après un temps de création, le groupe sera en résidence en septembre 2016 avant la présentation de la première.

Bios

Grégoire BARBEDOR / tuba

« Autodidacte dans la technique comme dans la musique, voilà plus de 15 ans que je me promène à travers la France et l’Europe (voir au delà des océans) tantôt avec des cirques nouveaux comme Les Colporteurs et Gosh où j’ai fait du son, du jeu et de la musique, tantôt en rue avec la compagnie 1 Watt de Pierre Pilate pour qui j’ai fait plusieurs créations sonores ou pour les installations lumineuses Keyframes avec le Groupe Laps ou « au chaud » dans des salles de théâtre pour des créations sonores pour la danse contemporaine comme les compagnies Ambitrix et l’Yeuse et même de théâtre car voici 10 ans que je travaille comme régisseur son et vidéo pour Joël Pommerat et sa compagnie Louis Brouillard.
Mon parcours musical est à peu près aussi éclectique : au tuba de la fanfare bien sûr (notamment Babelouze de Michel Massot à Bruxelles mais aussi Aiouentounos à Paris), du Brass Band et de l’orchestre d’harmonie mais aussi de plus petites formes comme l’ensemble de cuivres bruxellois Labsis, la fanfare de chambre Bêtep ou encore Moger le groupe de basses (à cordes ou à vent) plutôt rock mais surtout au-delà.
Un passage du côté des musiques improvisées au tuba avec Peter Jacquemyn & Jan Pillaert ou en électro-acoustique (objets « électronisés » comme une étagère, un vélo ou une table, synthé analogique et theremin) avec Régis Bunel dans Pink’s not Red et Hawaî Bitches d’État.
Mais quitte à jouer électrique pourquoi ne pas utiliser l’ordinateur et le logiciel modulaire d’Oliver Sens : Usine pour faire du groove avec des effets de partout pour Kilva Ferbo ou des projets plus électroniques et parisiens comme GT6 et TGNT...
Depuis janvier, j'ai intégré la Kreiz Breizh Akademi #6 avec mon tuba mais aussi avec Usine.
Du coté de la composition et de l’arrangement, j’ai commencé à écrire pour la fanfare parisienne Aiouentounos puis quelques essais pour orchestre d’harmonie avant de resserrer vers un septet de cuivres (Labsis) pour enfin arriver à écrire le répertoire du Bide Bang Venteux, un orchestre/fanfare d’une quinzaine de musiciens... »

Régis BUNEL / sax baryton

Saxophoniste et compositeur de formation autodidacte, il a expérimenté les saxophones dans le cadre des musiques improvisées en France et à Berlin. Son jeu est alors influencé par Evan Parker, John Zorn ou Anthony Braxton. Il a composé et joué pour la compagnie Le Théâtre des Opérations pendant 10 ans dans une quinzaine de spectacles en se spécialisant sur les musiques de Brecht. Il s'ouvre parallèlement à d'autres styles musicaux : tournées en Europe avec les Viking's Remedy et Magic Lord (rocksteady), studio avec Percubaba (reggae) et X Makeena (electro), performances avec le DCA (dub) et Pink's Not Red (collectif pluridisciplinaire). Il est professeur de saxophone pour les élèves du TNB. Un récent passage au Conservatoire de jazz de Saint-Brieuc le conduit à animer à Rennes des jams sessions en jazz et à intégrer les groupes Seagulls Trio (free jazz), Sin Antesia (traditionnel breton / jazz), Cut the Alligator (funk & soul) et Fickle People and The Machine. Il est à l'initiative du projet Moger.

Etienne CABARET / clarinette basse

Clarinettiste, il fait parti des groupes NIRMAAN (rencontre entre le chant indien de Parveen Sabrina Khan et les musiques amplifiées) et MOGER (brass rock, avec Dylan James, chanteur bassiste franco-anglais), et du trio DIESE3 (qui officie en festoù-noz et dans les festivals en Bretagne ou à l’étranger : Festival de Cornouaille, Penn Ar Jazz, Festival Fisel, Festival Interceltique de Lorient, Burkina Faso, Hongrie, USA). Parmi les invités ponctuels du trio figure Yann-Fañch Kemener, Didier Malherbe. Il joue aussi dans Elektridal deus Kreiz Breizh Akademi #3. Il a débuté par la «treujeun gaol», la clarinette bretonne avec Tristan Gloaguen, avec qui il s’intéresse au collectage. Il obtient un DEM de Musique Traditionnelle en 2007 et enseigne en école de musique. C’est à ce moment qu’il inclut la clarinette basse à son jeu et qu’il entre dans la classe de Jazz de Jean-Philippe Lavergne et Jean-Mathias Petri. Il participe alors à des projets tels que Nimbus Jazz Orchestra et Sin Antesia. Par ailleurs, il a collaboré avec des danseurs sur des projets de styles différents : breton, africain, improvisé, contemporain avec Dorig Le Cras ou la Cie Salia nï Seydou.

Antoine PÉRAN / flûte

Flûtiste issu des musiques traditionnelles, il a commencé l'apprentissage de la musique avec Jean-Luc Revault, "sonneur de violon" de Haute-Bretagne. Parallèlement, il suit des stages de flûte traversière en bois auprès de Jean-Michel Veillon, Erwan Hamon, Jean-Luc Thomas. Il joue en fest-noz et dans divers festivals de musique bretonne (Yaouank, Roué Waroch, Bogue d'Or, Festival Fisel...) avec les groupes Touked Mod Koz, Trio Kys, L'Ile aux Pyj'à Ma... Depuis quelques années, il s'ouvre à d'autres musiques et s'attache à créer son propre univers musical, nourri des rencontres en cultivant son goût pour la composition et les expérimentations. Il joue avec l'accordéoniste Timothée Le Net (duo Antoine Péran & Timothée Le Net) une musique entièrement composée. Avec Bêtep, quartet d'instruments à vent, il s'intéresse au répertoire du compositeur Alexandre Spengler. Il étudie aussi le jazz et l'improvisation au Conservatoire de Brest et intègre Kreiz Breizh Akademi #6 sous la direction d'Erik Marchand.